Une présentation de l’équitation Camargue

Une présentation de l’équitation Camargue

L’histoire de l’équitation Camargue remonte à l’ère des cavaliers et gardians qui s’occupaient de bovin dans ce territoire. A partir de 1995, elle fait partie des disciplines reconnues par la Fédération française d’équitation. A noter que l’équitation Camargue se démarque d’autres types d’équitation par ses propres championnats épreuves et niveaux de Galop.

Les championnats de l’équitation Camargue

equitation-camargue.jpg

Des concours d’équitation camargue ou open sont lancés, à partir de 2007. Ces concours sont aussi accessibles à des adeptes de l’équitation de travail et l’équitation portugaise. En équitation Camargue, la saison des concours se termine chaque mois de juillet. Pendant cette période, les cavaliers qualifies participent au championnat de France. Au programme du ce championnat s’insèrent trois principales grandes épreuves de l’équitation du travail. A partir de 1996, un championnat d’Europe d’équitation Camargue ainsi qu’un championnat du Monde d’équitation de travail s’organisent chaque année. Ces championnats permettent les rencontres entre de nombreux cavaliers expérimentés venant de divers pays du monde, notamment l’Espagne, le Portugal, la France, l’Angleterre, l’Italie et la Mexique. Pendant les championnats, chaque pays se concentre exclusivement sur son équitation traditionnelle. Tous ces pays s’intéressent particulièrement à trois disciplines, dont la maniabilité, le travail et le tri. En 2002, la France a remporté le championnat du monde de tri.

Le règlement pour ce sport

sport.jpg

Reconnue par la fédération française d’équitation en 1995, l’équitation Camargue se base sur la stabilité, la solidité et l’assurance. Quiconque souhaite devenir champion dans ce domaine doit être apte à manier du trident ou du fer en toute aisance. Les compétitions d’équitation Camargue sont, en effet, constituées de huit disciplines, dont le Courséjado, le jeu de liberté, la maniabilité, le parcours de pays, la reprise de travail, le Slalom parallèle, le Tri chronométré et le tri technique. Ces différentes épreuves s’effectuent avec trois différents niveaux de difficultés, dont Club élite, Club 1 et Club 2.